23 de Enero de 2018
Portal Educativo de las Américas
  Idioma:
 Imprima esta Página  Envie esta Página por Correo  Califique esta Página  Agregar a mis Contenidos  Página Principal 
¿Nuevo Usuario? - ¿Olvidó su Clave? - Usuario Registrado:     

Búsqueda



Colección:
La Educación
Número: (118) II
Año: 1994


RÉSUMÉ

La discussion autour du problème posé par la formation des maîtres et son incidence sur les pratiques scolaires est caractérisée par une polarisation marquée des perspectives. Le normalisme aussi bien que le professionnalisme technocratique ont inspiré des projets de formation qui ont donné lieu à des stratégies et à des pratiques institutionelles différentes en même temps qu’ils ont engendré des concepts qui ont cherché à rendre compte des caractéristiques et des orientations que devrait assumer le travail de l’enseignant, en se fondant sur des modélisations abstraites des sujets pédagogiques impliqués dans les pratiques scolaires. Le “professeur comme modèle exemplaire”, proposé par la tradition normaliste, aussi bien que le “maître possédant la technique de l’enseignement”, idéalise par le professionnalisme, ont réduit les termes du débat à des formulations de caractère normatif-prescriptif, en évitant le traitement de questions plus importantes. L’article se propose d’aborder ces questions à partir d’une approche critique qui permet de découvrir et de dépasser les restrictions qui enserrent cette polémique. A cette fin, il procède à un examen prolongé des notes qui caractérisent les deux perspectives et se lance dans des considérations concernant les axes que devrait emprunter une nouvelle formule proposée pour la formation du professeur.