22 de Enero de 2018
Portal Educativo de las Américas
  Idioma:
 Imprima esta Página  Envie esta Página por Correo  Califique esta Página  Agregar a mis Contenidos  Página Principal 
¿Nuevo Usuario? - ¿Olvidó su Clave? - Usuario Registrado:     

Búsqueda



Colección:
La Educación
Número: (115) II
Año: 1993

RÉSUMÉ

Cet article part de l’hypothèse que certaines formes d’organisation sociale impliquent une intrusion plus grande dans la nature que d’autres, et que les modèles actuels de développement économique ont été particulièrement hostiles à la “nature”.

L’auteur examine l’économie politique et la crise de l’environnement, identifiant des systèmes de destruction de l’environnement à grande échelle en Amérique latine. Elle souligne un caractère central à ce processus: alors que les bénéfices économiques dérivés de l’exploitation des ressources naturelles ont souvent des bénéficiaires privés, la destruction de l’environnement qui en résulte a des retombées sur l’ensemble de la population. Ainsi, certains groupes sociaux bénéficient de la destruction de l’environnement alors que d’autres en souffrent. Pour résoudre la crise de l’environnement, il faudra donc transformer le régime actuel de développement, et cette transformation doit avoir lieu au niveau politique, niveau où sont établies les priorités de développement.

L’article conclut en disant que l’éducation est un des points de départ essentiels du traitement de la crise de l’environnement et que l’on peut la définir avec plus de précision qu’une crise sociale. En contribuant au règlement de la crise, l’éducation aura donc un objectif précis, défini par la crise elle-même.  L’éducation écologique, pour être efficace, doit montrer clairement que les problèmes affectant l’environnement, ou les déséquilibres des processus naturels ont leurs racines dans les déséquilibres sociaux, c’est-à-dire l’inégalité, l’exclusion et le pouvoir centralisé. Dans ce sens, l’éducation écologique constitue une tribune importante pour aborder le problème de la dégradation de l’environnement, mais elle représente aussi un point central du conflit social.